Articles - Matériel récent

Reflow carte graphique GTX770 Gigabyte GV-N770OC-2GD

  |   335  |  Commentaires (9)  |  Matériel récent
Une carte graphique achetée HS pour m'initier un peu avec ces grosses bestioles. Le modèle n'est plus d'actualité mais sinon c'est évidemment plus cher. Test de l'époque sur CDH.

Citation:
Carte Graphique Gigabyte GTX 770 OC 2GB GDDR5 (Défectueuse)
Reboots fréquents
Problème lors de l'installation des pilotes (erreur 43)
Stries de couleur visibles sur l'écran




Une fois démontée en 3 parties, ventilateurs, bloc dissipateur de chaleur & PCB :



Les traces rectilignes me font penser au pad thermique d'origine. Je pense que la pâte n'a jamais été renouvelée et c'est bien sec.




La partie VRM à droite avec 8 phases. RAS ici, la carte n'a pas de problème de court-circuit électrique. Visiblement il y a la tension pour le cœur du GPU, celle pour la mémoire, celle pour les I/O mémoire/GPU et encore 2-3 autres. Je n'ai pas trop l'habitude des CG, Gamers Nexus sort parfois des vidéos intéressantes sur le design des VRM :





Une autre chaîne Youtube également qu'un type qui répare des cartes graphiques (Eli Tech) : https://www.youtube.com/channel/UCLqBEpeQPZTdhCd0nHWIf6g/videos

RAS non plus au dos de la carte, aucun composant arraché, grillé ou de piste griffée.



Mon alimentation Antec ne possède qu'un connecteur PCI-E 6 broches. Je n'ai rien d'autre hélas.



Évidemment je me fais engueuler :



J'en profite pour nettoyer le die du GPU :



J'ai trouvé un adaptateur PCI-E 8 broches :



Premier essai avec UBCD. Le vendeur n'a pas menti. Même en mode texte déjà des artefacts.



Dans la foulée je lance un Video Memory Stress Test depuis UBCD. C'est une vieille version qui se limite à 16Mo de RAM. Mais ça vaut le coup de le lancer. Il existe une version Windows qui peut monter à 2Go de VRAM. Et là les erreurs pleuvent. On remarque qu'un bit est toujours en erreur quelque soit les adresses : 00100000. C'est un problème de soudure d'une bille qui fait que l'état ne change jamais entre 0 et 1 (haut/bas).



Les images de l'installateur de Windows :



C'est parti. Le but est d'entourer le GPU de flux (les 4 cotés par un liseré) avec la seringue. Avec la chaleur le flux va se liquéfier et "rejoindre" le centre du GPU par capillarité. C'est du "tacky flux", il laisse un résidu collant, l'avantage étant que l'espace entre les billes sous le GPU est rempli, donc moins d'air, donc moins d'oxydation, donc moins de risque de rechute. Il est également no-clean. Dans mes vidéos je n'ai présenté que du flux liquide (Flux 45), il s'évapore au bout d'un moment, ce n'est pas le cas pour celui-ci. Ce flux est cher mais ce n'est pas de la copie chinoise. Après j'ai utilisé ma WEP 858D. Je ne suis pas trop pour la méthode du four (cuire la carte, baking) : je préfère ne refondre que le composant nécessaire. La technique dite du "reflow" nécessite normalement des courbes de refusion (profiles) à faire appliquer à des fours/machines plus ou moins exotiques pour être précis. En DIY c'est plus le feeling qui compte. 😁 Le tout étant d'y aller progressivement niveau température (pre-heat). Pour ensuite stabiliser juste le temps qu'il faut. Sinon des professionnels réalisent ces prestations. La chaîne JustNote illustre ces travaux : https://www.youtube.com/channel/UCTzaX6UqsLEW8xHFjjz6Upw/videos



J'ai remplacé la pâte thermique et tout remonté. Et voilà plus de code 43 (et plus d'artefacts). Je précise ici que je n'ai rien touché coté logiciel (pas de réinstallation des pilotes ni rien).



Test avec FurMark :




Les fils de mon cordon d'alimentation super cheap sont chauds (51°C). Il faudrait que je me trouve une alimentation nettement plus adaptée que cette vieille HCG-400. 😂




70°C pour le PCB derrière le GPU :



5 minutes de FurMark et ça tient le coup sans planter.



Plus de caractères bizarres sur UBCD :



Bon évidemment je vais m'en servir tous les 36 du mois, n'étant pas gamer. Mais cette petite expérience m'a permis quand même de me rendre compte à quel point ces bestioles chauffent à un point hallucinant. Pas sûr que la réparation tienne dans le temps, le reflow a ses limites et un succès aléatoire, à voir à l'usage.