Articles - Compact Cassette

Sony TC-K570

  |   9691  |   Commentaire (1)  |  Compact Cassette
Voici l'histoire d'une petite rescapée. Modèle TC-K570, milieu de gamme de 1991.
Je l'ai achetée 2,5 € dans un vide grenier en très bon état cosmétique. Et encore je ne l'ai même pas négociée, à croire que pour ce prix là, si elle ne partait pas d'ici peu elle irai à la benne...









Du coté des caractéristiques, on retrouve un tiroir motorisé, du dolby B et C avec HXPRO (le Doby S n'était pas encore sorti en 1991), 3 têtes, 3 moteurs, compteur temporel, vu-mètre VFD, et le must : un réglage du BIAS en façade. Même après 19 ans, dont une petite décennie au placard surement, la bestiole est encore débout, même si elle boite un peu. La mécanique à du mal à s'enclencher, elle accroche seulement après quelques essais et surtout le moteur cabestan fait un bruit d'enfer. Une maladie connue des forums vintageux anglo-saxons, pour s'en rendre compte il suffit de taper sa référence sur google : "mmi 6s2lk". Pourtant malgré ce désagrément vite insupportable, la bande défile et le son sort correctement. Ouvrons la bête pour voir un peu :





La façade est en aluminium, ça fait moins "toc" "plastoc" que ma TC-WR735. La construction est standard, basique mais conforme a Sony, c'est à dire un minimum sérieuse pour le prix.



La mécanique embarque 3 moteurs : 1 pour la bande, 1 pour le positionnement mécanique et le dernier pour ouvrir et fermer la porte du compartiment cassette.







Un petit truc sympa : le dessous de la mécanique est facilement accessible pour les opérations de maintenance au moyen d'une petite plaque maintenue avec 2 vis, on peut voir l'état de la courroie sans retirer le capot. Le truc moins sympa : c'est le moteur cabestan qui fonctionne constamment, même si la porte est ouverte. D'après ce que certains disent c'est pour mieux défiler la bande à la bonne vitesse plus vite lorsque la mécanique entre en action pour lire/enregistrer. C'est parti pour le démontage afin de lui redonner une nouvelle jeunesse.



La façade retirée :







Ensuite on retire le bloc mécanique qui est solidaire de la façade. On fait aussi sauter la porte qui est juste clipsée sur le chariot.



On procède ensuite au démontage de la façade :



et de son afficheur :



La présence du capteur infrarouge sur la droite indique que la platine peut-être géré par une télécommande.
Et voici maintenant la rangée de bouton tout en plastique moulé :



L'ensemble :



Le tout va finir ou à votre avis ???



Dans la baignoire.

You wash, and you rince, you rince, you rince 3 times. (Elie Kakou)



Le pinceau est un bon allié pour les recoins difficiles.

A noter que la façade a été moulée en juin 1991 :



Pendant le séchage, on s'attaque sans la façade à la partie plus technique. Moi aussi je me dit qu'il manque un truc quelque part :D



Pendant ce temps, le transfo d'alimentation lui attirait la poussière avec son champ magnétique :



D'ailleurs le fond du coffret est plutôt sale. Admirez la différence de couleur là ou la plaque de maintenance était superposée.



Allez hop pareil à la douche !!!



La plaque arrière est elle aussi bien lotie niveau crasse.



Après séchage, refection de quelques soudures, on remonte le tout, mais attention. voici the jacky touch !!!!





Oui bon d'accord, mais se sont les détails qui comptent !!!!

Allez on s'intéresse à la mécanique...



Au départ, j'avais simplement démonté le moteur cabestan, avec un peu d'huile il ne faisait plus de bruit le bougre. Mais c'était pas propre sérieusement, j'ai préféré carrément le remplacer, l'ayant un peu massacré pour pouvoir l'ouvrir. D'autant que la pièce est hyper standard et ne coute que 6-7 euros en neuf.

Vue de dessous :



Retrait de la plaque qui soutient le moteur, je ne change pas la courroie, elle est encore bien tendue pour son age. A l'époque ils ne les fabriquaient pas avec des élastiques.... c'était du solide. Ensuite il faut retirer 2 petites vis noires pour dégager le moteur



L'ancien et le nouveau moteur, un Mabuchi EG-530AD-2B en CCW (Counter ClockWise) :



Il me reste à désouder les 2 fils pour conserver le connecteur d'origine. Et à les greffer sur le nouveau :



On remonte le tout :



Ce nouveau moteur, comme l'ancien, possède un petit trou dans lequel on peut insérer un tournevis miniature à tête plate pour régler une résistance ajustable (intégrée au moteur), celle -ci aura pour effet de régler la vitesse de rotation de moteur (en tours) et donc de régler la vitesse de défilement de la bande. Quelques photos de l'ancien moteur dépecé :









Depuis c'est un vrai plaisir, bonne dynamique, "pas" de pleurage, méca silencieuse. A bientôt.