Articles - Pièces / Composants préhistoriques

[GUIDE] Restauration de lecteurs/graveurs CD/DVD

  |   405  |  Commentaires (5)  |  Pièces / Composants préhistoriques
Dans la continuité des astuces concernant la restauration de vieux PC, il se peut que vous récupériez des vieux lecteurs CD. Voici un petit article pour montrer comment leur refaire une petite jeunesse. Si au contraire vous souhaitez vous amusez et le détruire, vous pouvez suivre cette vidéo.

Même s'il est impossible d'écrire un guide exhaustif pour cerner tous les cas et conceptions d'assemblage de tous les lecteurs/graveurs CD/DVD/Blu-Ray de la Terre, je vais prendre pour exemple ce vieux graveur Yamaha de plus de 15 ans d'age. Oui je le sais, en fait il y en a deux :), sur la façade pas de différence, mais cela ne veut pas dire qu'ils sont forcément identiques. :p



Pas la peine de chercher les 7 différences, hormis la date de fabrication, l'un porte la référence CRW8824S et l'autre CRW8824E. Seule la dernière lettre change. Celui de droite est le modèle S car en connectique SCSI. Celui de gauche est le E car en bus IDE.



De dos c'est nettement plus parlant. Il n'était pas rare avant 2000 que les constructeurs de lecteurs/graveurs proposaient leurs modèles avec les deux protocoles. Depuis le SCSI a laissé place au PATA/IDE qui lui-même a laissé place au SATA que l'on connait aujourd'hui.



Éjection d'urgence



Sur un lecteur/graveur il y a presque toujours un petit trou en façade pour pouvoir éjecter le plateau (et donc le disque) en cas d'absence d'alimentation. Un trombone déplié peut-être utilisé. Évitez de le faire quand le disque est en rotation :) Voire même quand le lecteur est sous tension. ;)




L'entretien basique



  • Nettoyage interne (retrait de la poussière)
  • Nettoyer la lentille
  • Nettoyer le moyeu CD
  • Graisser/Huiler les rails de déplacement du bloc optique
  • Regraisser les pièces mécaniques plastiques du tiroir


Démontage



La première étape est de retirer la devanture décorative du tiroir. Sur certains appareils vous n'aurez pas à le faire mais sur la grande majorité des lecteurs cette devanture vous empêchera de pouvoir retirer la façade et donc de démonter l'appareil, elle vous gênera plus tard. Pour cela sortez le tiroir (manuellement ou électriquement avec le bouton d'éjection). Une fois le tiroir sorti il faut déclipser la pièce plastique vers le haut. Il y a une glissière sur chaque bord.



De la poussière. Ce n'est guère étonnant sur ce modèle car comme vous avez pu le voir plus haut, il y a un petit ventilateur intégré.



Ce n'est pas le cas ici mais certains lecteurs sont équipés d'une protection en mousse sur la devanture de la façade ou du tiroir. Il se peut qu'elle se soit abimée avec le temps : elle s'effrite. N'hésitez pas à la retirer si c'est le cas. Si elle est encore en bon état, évitez de la toucher. :lol

Pour la suite, vous trouverez des vis dessous à retirer :



Cela permet d'extraire le couvercle en tôle de dessous et d'avoir accès au circuit imprimé. Il n'y a généralement qu'un seul circuit imprimé.



En bas la partie logique (CPU, RAM, ROM Flash), en haut les circuits de gestion du bloc optique (traitement signal RF, drivers BA pour les bobines et moteurs). Le gros circuit intégré en bas à droite est un CPU ARM.



La puce Flash Intel E28F800 qui contient le firmware à jouer.



Avant de retirer la carte, il faudra déconnecter toutes les nappes flexibles apparentes. Des fois elles seront de l'autre face du circuit imprimé, il faudra être prudent dans les manipulations.



Il existe plusieurs méthodes de rétention des nappes flexibles (blanches ou ambrées). Il convient d'observer comment manipuler et surtout ne pas forcer. Si vous n'êtes pas à l'aise, visionnez cette petite présentation (Powerpoint en anglais) pour connaitre les différentes types de connecteurs et comment ils fonctionnent. Pour celui montré à l'image c'est un modèle à glissière. Pour libérer la nappe : il faut tirer la glissière marron/noire vers l'extérieur. Cette glissière a pour rôle de plaquer les contacts. Poussez simplement les ailettes des deux cotés avec l'ongle.



A ce stade, vous pourrez également déclipser la façade en plastique du boitier métallique. Utilisez un petit tournevis plat pour faire sauter les ergots.



Toutes les nappes débranchées, les contacts à l'air.



Sur ce modèle, le bloc mécanique est solidaire de l'habillage en métal externe via des clips qu'il faut déverrouiller.




Voici le bloc mécanique au complet une fois le capot supérieur retiré :



Ici le palais spindle du CD est intégré à la mécanique (pièce noire ronde au centre). Sur d'autres modèles ce palais magnétique qui plaque le CD contre le moteur sera situé dans la cage en métal. Le circuit-imprimé peut être fixé au châssis mécanique via des vis ou alors ici par des clips situés sur les bords. La carte s'emboite dans des rainures prévues pour cela.



Ne pas hésiter à vérifier l'état des soudures sur la connectique.



De la poussière.



Le moteur spindle est surplombé par un moyeu qui agrippe et entraine le disque. Il possède généralement un revêtement rugueux qui devient sale avec le temps.



Le tiroir possèdera toujours un petit mécanisme qui l'empêche de sortir complètement du lecteur. Observez bien car souvent se sont de simples butées en plastique qu'il suffit de soulever. Ici elle est bien visible mais des fois elles seront cachées. Cherchez bien.



Le tiroir séparé du bloc mécanique :



Les lecteurs peuvent être équipés de courroie (généralement de section carrée) pour sortir et fermer le tiroir CD, il se peut qu'avec le temps elle ne joue plus son rôle et le tiroir est bloqué, il n'arrive pas à sortir. Ici il n'y en a pas, le moteur entraine directement les engrenages et le tiroir. C'est le tiroir qui (en début et fin de course) actionne la glissière, la glissière assure la montée et la descente de la mécanique CD, surtout du moteur spindle (libère ou accroche le disque).



Les soudures du bouton OPEN/CLOSE semblent avoir été refaites/faites à la main.



Chaque lecteur est équipé de capteurs mécaniques (interrupteurs miniatures) pour détecter si le tiroir est complètement sorti, complètement rentré ou en milieu de course.



Un coup de lingette nettoyante multi-usages et c'est propre.



Pour le bloc optique, un coup d'air sec et un nettoyage de lentille.



Une petite goutte d'huile fine sur les glissière métalliques pour fluidifier le déplacement...




Un peu de graisse fraîche MOLYKOTE EM-30L pour la mécanique, déposée avec un petit pinceau aux bons endroits.



La tige de la glissière blanche actionne l'un ou l'autre des interrupteurs selon la position du tiroir :



Le remontage du tiroir est plutôt simple : en premier déplacer la glissière à fond en position "tiroir ouvert" (mécanique baissée) et rentrez le tiroir avec la main doucement.



Essais



Test de boot d'un CD Damn Small Linux, le Yamaha arrive bien à lire le CD-R gravé :




Test de gravure d'un CD-RW sous Linux avec le logiciel Brasero :



Le graveur grave bien le CD-RW inséré, la diode orange est active, tout est OK.



Mise à jour



Il ne reste plus qu'a fouiller sur Internet pour dénicher le dernier firmware connu pour ce graveur afin de bénéficier de la meilleure gestion et compatibilité avec les disques enregistrables. Le BIOS, l'OS ou le logiciel de gravure peuvent indiquer la version courante du firmware du graveur. Il se peut que la dernière version soit déjà en place. Dans ce cas un upgrade n'est pas nécessaire. Les procédures et les utilitaires de flash diffèrent énormément selon les fabricants. Certains s'utilisent en ligne de commande sous DOS, d'autres réclament Windows.

Logiciels pour graveurs