Articles - Périphériques d'époque

Nettoyage imprimante Canon i865

  |   383  |  Poster commentaire  |  Périphériques d'époque
ATTENTION : Ceci est un reportage photo par conséquent la page est lourde car elle contient beaucoup d'images !

Ah les imprimantes jet d'encre, c'est toute une histoire. Je vous présente la mienne, une Canon i865 de 2003, pas toute jeune donc, mais encore compatible Windows 10. Les cartouches sont séparées (5), cela commençait à se démocratiser à l'époque. Quand j'étais en BTS j'avais fait mon stage de première année dans une entreprise de réparation et de reconditionnement de consommables (toner notamment) à Valence. Ce qui m'a permis d'en apprendre pas mal.




Normalement une imprimante jet d'encre de la sorte (grand public) doit imprimer au minimum une fois par semaine. Ceci afin d'éviter que l'encre ne sèche trop. Or, comme beaucoup de personnes, je ne m'en sert pas autant, du coup l'imprimante s'encrasse plus vite. Une encre sèche a plus de mal à être nettoyée par les brosses internes donc elle reste et ça s'accumule par dessus l'ancienne en couches. Donc régulièrement je démonte mon imprimante pour lui redonner un brin de toilette. C'est pour cela qu'on recommande de plus en plus les lasers aux particuliers. Avec le temps une imprimante ça s'use, et la mienne commençait à délirer un peu :

  • Elle n'arrivait plus à prendre le papier (ou difficilement)
  • Traces noires laissées par le chariot sur le début de page et fin de page
  • Loupé dans le déroulé papier (sort la feuille puis la re-rentre pour imprimer comme si elle avait loupé le début de page)
  • Trainées de couleurs claires (buses bouchées)


Impossible de faire correctement des impressions donc. Pour la plupart des gens ce genre de chose se solutionne avec l'achat d'une nouvelle imprimante plus récente. Mais bon avec moi vous me connaissez. Cette fois-ci j'ai pris des photos pour complèter le vieil article que j'avais fait à une époque.

En soulevant le capot, on remarque des traces de couleurs d'encre séchée par où passe le papier. C'est le résultat des buses qui crachent dans le vide quand la bête n'a pas pris correctement la feuille. Vous remarquerez une espèce de mousse qui sert d'éponge au centre.



Pour retirer le capot supérieur rien de sorcier, c'est juste clipsé, un coup de tournevis dans les fentes et voilà.




Voilà ce que ça donne capot supérieur retiré :



Le petit switch qui est responsable de la détection de la bonne fermeture du capot :



Les 5 cartouches (BCI-6 et 3e) dans le chariot mobile. Les cartouches n'embarquent pas les têtes, elles sont amovibles mais sur le chariot.



Le détecteur optique de présence et de niveau des cartouches. Les cartouches n'ont pas de puce comme sur les modernes.



Sur le coté gauche, une roue codeuse en plastique transparent. Cette roue est reliée au cylindre principal qui fait avancer le papier de manière précise via un moteur pas à pas via la courroie (en noir).



Sur le coté droit, en face on retrouve la pompe à encre avec un mécanisme de tampons et de brosses destiné à nettoyer les têtes et à aspirer l'encre lors des "nettoyages de buses". C'est là-dessus qu'est posé le chariot (et les têtes) lorsque l'on ne sert pas de l'imprimante.



Lorsque l'on retire les cartouches du chariot on remarque le début des canalisations, chaque point de couleur est en fait une petite pastille métallique mesh comme une grille hyper fine sur laquelle il reste de l'encre et qui renferme un trou qui mène jusqu'aux buses. Elle joue le rôle de réduire le débit d'encre qui sort de la cartouche et de filtre.



Voici l'état des têtes sous le chariot : admirez l'encrassement, plein d'encre noir séchée. Les têtes(buses) sont les zones traits verticaux dans les deux zones claires.




Il n'est donc pas étonnant que le chariot laisse des traces noires sur le papier lors des vas et vient. De l'autre coté, la carte électronique, le processeur est un NEC (IC101), le firmware V1.04 dans la ROM (IC151) en haut à droite et enfin la RAM Samsung en bas (IC171).




Le chargeur papier du haut, avec une surprise, le capuchon d'une clé USB coincé dedans, normal que le papier ne soit plus pris !




Pour autant depuis quelques temps elle avait des loupés, généralement une des pièces qui s'use le plus c'est le grip papier. Ici ce sont deux cylindres (un gros en haut et un petit dessous) sur lesquels on retrouve un garnissage gris clair rugueux qui sert à pincer la page. Avec le temps ils ont tendance à coller ou à devenir lisse. La seule solution est d'y passer un détergent, trouver une pièce détachée est quasi mission-impossible.




Après le retrait de quelques vis, on peut enlever toute la mécanique et il reste le berceau en plastique dans lequel on retrouve le buvard : une grosse éponge qui absorbe (par capillarité) l'encre tétée depuis la pompe juste au dessus. Évidemment le buvard est hyper saturé à droite et complètement neuf (non imbibé) à gauche.




C'est la conséquence des fameux "nettoyages", les nettoyages consistent tout simplement à ce que l'imprimante débite l'encre par les buses, l'encre est aspiré par la pompe et ensuite en bien elle n'est pas remise dans la cartouche évidemment, donc elle atterrit ici. J'avais fait une vidéo très explicite il y a de cela quelques années.




En aparté voici l'alimentation, rien d'extraordinaire :




Le bloc imprimante sorti du berceau :



Retrait du bloc chargeur papier supérieur :



L'imprimante est truffée de "stepping motors" :



L'entrée du papier avant impression :



Démontage de la partie avant, là ou le papier sort en façade, le plastique noir est à nettoyer :



Et voici la fameuse pompe à encre de plus près :



Éviscérée :



Déjà je m'attaque au berceau en plastique plein d'encre, celle contenue dans les cartouches part facilement à l'eau chaude. On ne va pas s'en priver !







L'étape suivante c'est le berceau/chariot des têtes, la méthode est simple : poser les têtes sur une quadruple épaisseur d’essuie-tout, prendre de l'eau distillée (en pharmacie) avec une seringue, et déposer des goutes sur les bouches . Ne pas transpercer les grilles. L'eau est doucement absorbée et ressort par les buses dessous. Plus d'infos dans ces deux vidéos : vidéo 1 et vidéo 2. Notez que toutes les imprimantes n'ont pas les têtes amovibles comme ici.




Pour bien faire on peut aussi tremper carrément le bloc :





Inoffensif si on le sèche bien avant remontage et allumage. Je passe ensuite au nettoyage de cette fameuse zone où le papier circule.




La mousse passe à l'eau dans le lavabo également, par contre elle a un sens puisque "profilée" on galère un peu au remontage :lol :



C'est au tour de la pompe, on peut la passer à l'eau telle quelle, juste retirer le moteur :




Avec un petit zoom vous avez ici les bacs en caoutchouc noir qui se collent aux busses lors de nettoyage et de la mise hors tension. Les deux trous mènent à des tuyaux vers la pompe motorisée qui aspire l'encre par là. Sur la droite en plastique orange flexible ce sont les raclettes qui viennent balayer les buses pour virer toute la merde.



Avec les tampons de réinstallés :



L'imprimante comporte pas mal d'interrupteurs et de fourches optiques de toutes sortes.



Une goute d'huile fine sur tous les axes assurera une bonne fluidité d'impression.



Rajeunir la graisse fera pas de mal non plus :



Remontée et en pleine forme :




Après à peine quelques impressions, voici l'état des tampons absorbeurs... les raclettes à gauche sont déjà sales elles aussi.



C'est plus propre !