Articles - MiniDisc / MD

Réparation Minidisc Denon DN-M991R

  |   1809  |  Commentaires (7)  |  MiniDisc / MD
Dans un passé pas si lointain j'avais retapé des anciennes platines MD de broadcast de marque Denon. Je m'étais astreint à réussir à maitriser ces trucs après un premier échec. Elles dataient de 1994-1996. Par la suite vers 1998/1999 Denon a sorti un dernier modèle, le DN-M991R dont l'esthétique fait plus contemporain. Les touches deviennent lumineuses, l'écran plus large et intuitif, connexion d'un clavier informatique PS/2 pour le titrage, bref un appareil plus abouti.

En effet les 980 et autres 990R embarquent partiellement l'antique mécanique MDM-1 avec le vieux bloc optique Sony KMS-140B/C conçu en 1992/1993 ! On peut dire qu'il était temps de revoir la copie 5 ans plus tard. Après une petite inspection du manuel de service qu'on peut trouver facilement sur Google : maintenant c'est le plus sérieux bloc KMS-260A qui a pris la relève, enfin. D'un coté tant mieux car Denon a ainsi pu échapper à l’infâme KMS-210A du coup, même si son modèle "DN-1050R" a été touché.

Je reste dans ma zone de confort avec ses appareils MD, mais celui-là je ne le connaissais pas de près et j'étais vraiment curieux de voir un peu ce qu'il y avait dedans et comment le manipuler. J'ai pu en dégotter un sur eBay pour 70 euros port compris, le prix étant super bas car elle est vendue comme HS "Buying terms: Sold as is!". Normalement ces platoches se vendent encore dans les 100-150 euros voire 200 euros sur eBay (voir les ventes terminées) lorsqu'elles sont fonctionnelles et en bon état. Cela s'explique par ce qu'il n'y a pas de concurrence en face : Sony n'a rien sorti depuis sa MDS-B5 de 1997. Tous les modèles professionnels sortis par la suite chez les marques étaient au format rackable 19".



Mon exemplaire provient de la RTVE (visiblement il s'agit de la télévision publique espagnole) avec la petite étiquette d'inventaire qui va bien. L'objet provenant des pays-bas, peut-être un bureau local expatrié ?

L'état esthétique étant satisfaisant : plastique sale, un poil jauni et quelques coups qui ont fait sauter la peinture dans les arrêtes. Des étiquettes ont été arrachées sur le dessus.



N'empêche que l'appareil s'allume.



La lecture d'un MD enregistré tourne mal, ça hésite quelques secondes en silence et au final, bam, une erreur b2 :




C'est bizarre ça, c'est exactement ce qui est indiqué dans l'annonce eBay : "Condition: Power tested, doesn't play, MD error B2". :lol
Si on fait un tour dans le manuel de service toutes les erreurs sont expliquées :



On y retrouve notre erreur b2 qui signifie "Focus retry error" = Erreur répétée de focalisation. Donc la lentille n'arrive pas à faire le focus sur le disque.

Dans la platine pas mal de poussière ce qui expliquerait que le bloc aurait du mal, peut-être qu'il y a juste plein de poussière sur la lentille...



Je démonte donc la façade pour accéder au mécanisme et au bloc optique. Comparé à l'ancienne génération ici tout est compact.




Bon le diagnostic était le bon, maintenant ça remarche. Avec quoi réparer ? Un coton-tige et de l'alcool, c'est tout.



Voici le dos avec les prises XLR et autres. Le numéro de série indique que la platine a été fabriquée en septembre 2000. C'est très facile de décoder les numéros de série chez Denon. En partant de la gauche le premier chiffre est le dernier de l'année de fabrication donc 0 pour 2000. Les deux chiffres suivants sont le mois donc 09 pour septembre, suivi de "15" (code de l'usine ?) et enfin de cinq chiffres du numéro de spécimen (incrémental).



Le petit volet blanc en plastique ainsi que le bouton d'éjection ont un peu jauni, je leur fait une petite passe au retrobright.




Vient ensuite le tour de l'afficheur qui devient un peu faiblard avec le temps. C'est la maladie des afficheurs fluorescents. Voici la façade :



Pour lui redonner un peu de luminosité on peut suralimenter pendant quelques secondes les filaments qui traversent l'afficheur. Pas trop longtemps et pas trop forts sinon ils peuvent fondre et casser, et là adieu l'afficheur. Ici ils sont à 13V DC au lieu de 5V AC. On pourrait monter plus haut mais c'est prendre plus de risque. D'après ce que certains disent cela permet de "désoxyder" les filaments, technique que j'ai pu trouver ici et aussi évoquée .




On peut voir que l'affichage est plus uniforme au niveau des pixels du "No Name" (comparez avec l'erreur B2 plus haut).




En ce qui concerne les étiquettes sur le capot du dessus, j'ai un peu merdé car j'ai utilisé de l'alcool et non pas de l'essence F pour virer le restant d'étiquette ce qui a fait des traces indélébiles. Tant pis pour les inscriptions, un petit coup de bombe et hop c'est comme neuf.



Reste à corriger les petits défauts en façade avec un stylo de retouche.

A un moment j'ai eu peur, puisque durant mes tests j'entendais le bloc optique se balader lors de la lecture, je me dis que la platine a des loupés en lecture. Oh non pas ça ! En fait non, la platine est équipée de 2x16Mbits (2Mo) de RAM (soit 4Mo au total) de marque Hitachi pour la puce ATRAC.



Sachant que le débit audio utile d'un MD en stéréo est de 292Kbit/s, elle possède donc une mémoire tampon "Anti-shock" d'une capacité phénoménale pour l'époque puisque plus de 30 secondes de musique peuvent être stockées en cache en RAM. Ce qui explique que le bloc se balade pour anticiper la lecture de la piste suivante pendant la plage en cours. Ouf !